Dossier PDF

OP.CIT MALIK

Création avec Magic Malik pour quatuor à cordes et trio jazz

Compositions Alexandros Markeas et Malik Mezzadri

En 2015-2016, l’Ensemble Op.Cit invite le flûtiste, compositeur et vocaliste Malik Mezzadri, alias Magic Malik pour une série de concerts.

Musicien solaire aux influences multiples, il a inventé un son et un phrasé qui le font reconnaître en à peine quelques fulgurations mélodiques. C’est l’un des flûtistes les plus novateurs de la scène actuelle. Ses compositions, expérimentales et solidement charpentées, dépassent largement les frontières du jazz. La rencontre entre l’ensemble Op.Cit et cet invité de marque s’est imposée comme une évidence.

Pavages pour l’aile d’un papillon, qu’il a composé pour sa rencontre avec l’Ensemble, superpose deux formes d’improvisation, deux plans d’écriture liés par un matériel polyphonique et poly rythmique. Il fera l’objet d’un enregistrement CD sorti en 2016.

Le deuxième complice de cette aventure musicale est le compositeur Alexandros Markeas, également pianiste et improvisateur, personnalité incontournable de la scène française de création. Boadway Boogie, composé pour ce concert, est inspiré par les principes d’élaboration rythmique de l’œuvre de Mondrian. La présence des deux entités –trio jazz et quatuor à cordes- permettent d’ajouter une dimension supplémentaire à ce jeu rythmique, celle de l’espace, du dialogue et de l’alternance, qui provoque progressivement la fusion de l’ensemble vers une sorte de bal imaginaire, résolument ludique.

2016-2017

  • 8 février 2017, Studio de l’Ermitage, Paris (75) – Concert de sortie de l’Album Pavages pour l’aile d’un papillon
  • 28 mars 2017, Le Périscope, Lyon(75) – Concert Op.Cit Trio invite Magic Malik

2015 – 2016

  • 27 novembre 2015, Théâtre de Givors (69)
  • 2 décembre 2015, La Source Fontaine (38)
  • 3 décembre 2015, La Cordonnerie Romans (26)
  • 4 décembre 2015, Théâtre de Vienne (38)
  • 29 Janvier 2016, Saint-Fons Jazz Festival (69)

2014 – 2015

  • 23 et 24 juin 2015, Théâtre de la Croix-Rousse / Lyon 4ème
  • 20 juin 2015, Place Croix-Rousse / concert Trio Op.Cit + Magic Malic en préfiguration des deux concerts au Théâtre Croix-rousse

Guillaume Bourgogne, direction artistique

Malik Mezzadri, flûte, voix, composition
Alexandros Markeas, composition

Amaryllis Billet et Céline Lagoutière, violon
Vanessa Borghi, alto
Nicolas Cerveau, violoncelle
Fred Escoffier, claviers
Brice Berrerd, basse
Emmanuel Scarpa, batterie

(…) la première pièce, composée par Alexandros Markéas Broadway Boogie placée sous le signe du rythme, fou, échevelé, avec un remarquable travail du pianiste Frédéric Escoffier, elle nous emmena dans une sorte de danse et d’échanges effrénés où s’entremêlèrent si parfaitement le trio de jazz (contrebasse, batterie, piano) et quatuor à cordes avec un Magic Malik particulièrement inspiré faisant littéralement chanter sa flûte dans une longue succession de “growl”, rajoutant toute la dimension de son long cheminement musical à la fois jazzy et mystique.
La seconde pièce composée par Malik Mezzadri lui-même Pavages pour l’aile d’un papillon proposait deux formes d’improvisation sur un registre plus calme. Une première partie plus formellement écrite, destinée au quatuor à cordes et permettant aux musiciens d’exprimer toute leur virtuosité et leur écoute. Une seconde partie quant à elle laissant libre cours au discours improvisé du trio et où l’on retrouvait un univers de couleur plus jazz. Et bien sûr toujours au cœur de ce brasier musical tout le génie de Malik le Magicien calme et inébranlable distillant imperturbable son souffle, ses chuchotements, ses sons, ses mélodies !
Un excellent moment qui tint toutes ses promesses tant par l’extraordinaire richesse et l’extrême sophistication des compositions que par la qualité de l’interprétation et ce malgré un public certes convaincu mais hélas confidentiel.

Denis Bouteillon & photos Sébastien Cholier – Jazz Rhône-Alpes.com – 7 déc 2015

Ensemble Op.Ct et Magic Malik / Pavages pour l’aile d’un papillon / CD Onze Heures Onze / Absilone

INDISPENSABLE. Par où commencer, devant tant de beautés réunies ? L’excellence instrumentale (fantastique quatuor dirigé par Guillaume Bourgogne, magique Malik à la flûte de rêve eveillé, admirable trio formé par Frédéric Escoffier au piano, Brice Berrerd à la contrebasse et Emmanuel Scarpa à la batterie, intrigante mise en son de Julien Reyboz) ? L’intelligence du propos qui met en oeuvre ce vieux serpent de mer du dialogue entre musique écrite (incarnée par le quatuor) et musique improvisée (portée par le trio) ? L’aventure sonore proprement inouïe (qualités d’enregistrement superlatives) ? Tout cela et même un peu plus tant la lisibilité du projet est évidente. Lisibilité qui nous ôte toute crainte à ranger cette pièce unique (dans tous les sens du terme car ces 37 merveilleuses minutes sont d’un tenant) dans le répertoire de la musique contemporaine dont le label Onze Heures Onze se révèle, album après album, un acteur bien vivant.
Bruno Guermonprez – Jazz News, Décembre 2016

 

Op.Ct et Magic Malik / Pavages pour l’aile d’un papillon / CD Onze Heures Onze / Absilone

NOUVEAUTE. Pas de frivolité, pas le moindre effet de mode ici, mais de la musique qui sort du ventre et de la tête pour cette rencontre entre un quatuor à cordes et un quartette de jazz.

Les premières minutes introductives, à la flûte seule, font songer à la sérénité d’un alap, ce prélude méditatif des ragas indiens : même façon de prendre son temps, d’exposer les couleurs et l’éthos de la pièce. D’emblée, la flûte et la voix déchirantes de Malik Mezzadri nimbent-elles cette longue plage d’une aura peu commune -qui justifie bien le nom de scène qu’il s’est choisi… L’intensité de l’interprétation du quatuor à cordes prolonge ensuite cette impression. Ce n’est qu’au premier quart de la pièce que le trio rythmique s’ajoute aux précédents musiciens. Plus le temps avance, plus le climat se tend, plus les harmonies se densifient. On en comprend la raison à la lecture des notes d’informations accompagnant l’album :  » les deux plans d’écriture [celui du quatuor à cordes, et celui de l’autre quartette] sont liés par un matériel polyphonique et polyrythmique basé sur l’indifférence aux déphasages, comme des plans pouvant glisser les uns sur les autres. Le résultat est délicieusement envoûtant, ambigu à souhait. « Pavages pour l’aile d’un papillon » constitue une preuve supplémentaire que le plafond de verre que certains continuent de vouloir maintenir entre jazz et musique contemporaine s’est effondré -l’absence de séparation entre les genres est décidément l’estampille des créateurs de notre temps, et Magic Malik est un maître de notre époque.
Ludovic Florin – Jazz Magazine, Mars 2017

Autres programmes Op.Cit